L’accès à l’information est salvateur pour les entreprises
10 juillet 2017
Ce que changent les ordonnances MACRON pour les patrons. En bref…
2 octobre 2017

Le cabinet LexLinea intervient en droit des Affaires. Il privilégie la négociation et l’information au contentieux. Explication avec Maître Stéphanie TONDINI, avocate depuis 15 ans.

Quelles sont vos compétences ?
Nous travaillons principalement avec les TPE et les PME et nous intervenons en droit des affaires (droit des sociétés, du travail et des contrats, procédures collectives et contentieux commerciaux).

Quelle est la composition de votre Cabinet ?
Je suis entourée par deux avocats intervenant en droit du travail et en droit des affaires, une juriste en droit immobilier et de la construction, ainsi que par deux assistantes.

Quelle est votre approche du droit des affaires ?
Je ne pense pas que le contentieux judiciaire soir très performant en France ; en tous cas, il n’est pas adapté aux besoins des entreprises. Notre cabinet privilégie toujours des solutions négociées aux procédures judiciaires couteuses (et souvent mal exécutées par ailleurs, en raison de l’insolvabilité fréquente du débiteur).

Peut-on vous qualifier d’avocat-conseil ?
Non, car les « avocats-conseil » sont généralement mal à l’aise avec le contentieux.
Dans mon cursus, j’ai été essentiellement formée au contentieux et j’ai exercé largement mon métier devant les tribunaux. Je n’ai donc aucune appréhension à ce sujet. J’estime « juste » qu’aujourd’hui, le contentieux n’est pas moderne !

L’évolution de la pratique va-t-elle vraiment dans ce sens ?
Les tribunaux sont saturés. Les procédures n’apaisent pas les tensions entre les parties. Le législateur tente lui-même de s’adapter en imposant les MARD (Modes Amiables de Règlement des Différents) avant tout procès. En tant qu’avocat d’affaires, habitué à une clientèle qui raisonne selon les critères de rentabilité et de célérité, il était évident que le contentieux ne pouvait constituer qu’un moyen, pas une fidélité.

Pourquoi certains avocats privilégient-ils le contentieux ?
On est toujours plus à l’aise quand on fait ce pour quoi on a été formé et qu’on a toujours fait. Sortir des sentiers battus et prendre sur soi de proposer une solution amiable n’est pas toujours facile. Négocier nécessite en outre d’avoir spécialement formé à cet effet et d’être un minimum expérimenté.

Vous préférez jouer sur la continuité de la relation et de la confiance …
Nos clients qui ont obtenu satisfaction au cours d’une négociation se sont toujours montré les plus fidèles à notre cabinet. C’est ce constat qui nous a encouragé à concentrer nos efforts sur les MARD. Il n’est en effet rien de plus satisfaisant pour un avocat que de gagner la confiance de ses clients et de la conserver dans le temps. Il est donc essentiel de prendre le temps d’écouter de raisonner objectivement et de trouver des solutions aux problèmes.

Cette transparence vaut-elle pour les honoraires ?
Evidemment. Il est indispensable de conclure avec notre client, avant le commencement de la mission, une convention d’honoraires au forfait ou avec un plafond d’honoraires, et éventuellement un honoraires de résultat. Le client doit savoir dès le départ le coût de notre intervention.

Votre souci d’information n’est pas seulement dans la transparence financière…
L’information du dirigeant est un gage de sécurité pour l’entreprise. Ceux qui s’abonnent gratuitement par le biais de notre site internet, reçoivent une à deux fois par mois une newsletter qui traite des problématiques fréquemment rencontrées par les chefs d’entreprise. Chaque moi, nous leur proposons également une conférence sur un sujet juridique pratique. Récemment, nous avons ainsi traité de la rupture du contrat de travail avec notre avocat compétent en droit social et un juge prud’hommal de l’Essonne. Ce couple sera de nouveau « sur scène » le 31 janvier 2017 sur le thème « Comment réagir face à l’absence de vos salariés ». L’inscription est libre et gratuite (http://lexlinea.fr/contact/).

Ces conférences sont-elles payantes ?
Elles sont gratuites. Elles permettent à nos clients de ses rencontrer, de créer ensemble une communauté et de discuter de problématiques communes. Bien informé, le chef d’entreprise saura poser les bonnes questions à son avocat.

C’est à vous ! – Numéro 43 

 

X